retour à TANA

Côté face

Heads…

IMG_4941

Côté pile

and Tails..

IMG_5298

Côté pauvreté…(Il fallait bien commencer à effleurer le sujet…je développerai plus tard…)

The misery side too. Can’t skip it forever, but I’ll develop later…

IMG_4760

côté calins ! Ulysse convalescent réconforte un petit copain !

On the hugs side, there’s always a little thing to comfort !

IMG_4656

Pendant ce temps là je vais visiter mes premiers ateliers de charrettes à Imerinsiatosika (prononcez Imernsiatousk)

Meanwhile I go visit my first oxwagen workshops in Imernsiatosika, (read Imersiatousk !)

IMG_4727

Où je rencontre, Alfred, le Pininfarina du coin !

Where I meet with Alfred, the local Pininfarina !

IMG_4730

De la belle ouvrage ! La manivelle rouge, c’est le frein…

State of the Art ! The red handle is the breaks…

IMG_4731

Le cimetière des Pirates

IMG_4387

IMG_4376

IMG_4367

IMG_4367 rec

Bon, qui sait si parmi ces tombes figure celle d’un seul pirate authentique ! Le cimetière tient son nom de cette seule pierre tombale sur laquelle figure le célèbre pavillon noir. Les autres sont de braves fonctionnaires, paysans, veuves éplorées, et autres français échoués là au gré des vicissitudes de l’histoire. Parmi les rares tombes encore lisibles nous avons pu déchiffrer les noms d’un J.Sabatier, d’un amédée Courette, administrateur, une veuve Ribaut, un Jean Marie Le thomas, Commandant de « la Levrette », d’un vieux révérend père au nom emporté par le temps, et puis c’est tout.  Hugo en parle si bien dans Oceano nox :

« Et quand la tombe enfin a fermé leur paupière,
Rien ne sait plus vos noms, pas même une humble pierre
Dans l’étroit cimetière où l’écho nous répond,
Pas même un saule vert qui s’effeuille à l’automne,
Pas même la chanson naïve et monotone
Que chante un mendiant à l’angle d’un vieux pont ! »

Un point commun les rassemble : ils n’ont pas fait de vieux os ! Emportés par des fièvres redoutables. En fait, je crois qu’on rentrait rarement sain et sauf de Sainte Marie. En témoigne l’émouvante stèle érigée à l’alliance française en l’honneur de François Albrand qui fonda la ville en 1820. Lisez l’épitaphe elle est émouvante et grandiloquente !

Among these toumbs who knows if only one belongs to an authentic pirate, but who cares ! It owes its name to one simple tombstone boasting the famous black flag. most of the lost souls are brave farmers, civil servants, poor widows or castaways… they share one thing in common : most of them were taken away by malaria, and very few made it back home !

IMG_4587

Nous avons eu plus de chance, grâce à nos gélules maison d’artémisia annua, nous sommes blindés contre le palu !

Lucky we are to have the best prophylactic treatment ever : home-made gels of crushed artemisia annua… had they known !

La traversée d’Ampanihy

IMG_4071

ok, ce n’est qu’une mise en jambe, mais il faut un zébu à tout, euh, un début à tout. Le but de la marche était de traverser l’ile de Sainte Marie, pour aller voir la lagune et le cordon littoral de la côte est où un large récif protège l’ile des assauts de l’Océan Indien. En chemin quelques petits villages au sommet de collines, où l’on survit en faisant pousser du riz rouge et en faisant du charbon de bois avec des troncs de mimosas.
L’autre objectif était de nous mettre le pied à l’étrier, de tester le matériel et l’endurance des enfants sous les tropiques. 15 km aller retour, et pas beaucoup de plat… une bonne mise en jambe avec des merveilles a chaque tournant ! Caméléon, grenouilles, cannelle, ylang ylang, mangoustans, litchis, girofliers et j’en passe…
Nous l’avons fait sous la gouverne de Gabriel, qui habite lui même à Ampanihy et qui depuis 30 ans fait le trajet A/R tous les jours pour venir – en tongs – travailler à la Crique… ça rend plus que modeste. (est-il possible que cet homme ait marché 135 000 km dans sa vie ? Mais sans jamais aller jusqu’à la ville la plus proche de la grande ile : Tamatave)

Ok it’s only a warm up, but one must start somewhere ! The aim was to cross over on the other side of Sainte Marie island in order to see the laguna and the sand cord of the east coast where a broad coral reef, protects the island from the assaults of the indian Ocean. On the way we crossed small villages on top of hills surviving on the culture of mountain red rice and charcoaling mimosas. The other point was to test our gear, our camera, our kids endurance under wet heat. 15 kms to and fro, but not particularly flat… a good training with wonders at all path curves : chameleons, painted frogs, fruit trees of all kinds… We walked with Gabriel who lives in Ampanihy and crosses in flipflops the island everyday of his life for 30 years in order to come working at La Crique. He did it twice that day. Very humbling. Is it possible that this man walked 135000 km in his lifetime ?) but he never made it to the closest mainland city of Tamatave !

IMG_4068

grenouille arboricole nacrée probablement Heterixalus Madagascarensis

IMG_4063

l’incontournable caméléon

IMG_4073

riz rouge et mimosas

IMG_4076

séchage du riz

IMG_4091

En route pour le paradis !

IMG_4109

tunnel de verdure

IMG_4122

Cascade d’Ifotatra

Une autre vie en famille